Les traditions des Hmong

Autrefois appelés Méo ou Miao, les Hmong sont un peuple d’Asie. Ils sont originaires des régions montagneuses de la Chine, au nord du Laos et du Viet Nam. Cette culture, loin d’être nationale, défie les frontières de l’Asie. Une grande partie de ce peuple a en effet immigré vers les pays de l’occident. Cela n’a pourtant rien ôté à l’attachement qu’ils ont pour leur tradition.

Histoire des Hmong

L’origine du mot « Hmong » ne saurait être déterminée de façon exacte. Néanmoins, l’histoire raconte que ce peuple a occupé, pendant un temps, les bassins du fleuve Huang He situé au nord-est de la Chine. C’est après cela qu’ils se sont dirigés vers les montagnes du Sud. Ces évènements ont eu lieu vers la fin du 18e siècle. Au cours du 19e siècle, certains parmi eux se sont installés au Laos puis au Viet Nam.

C’est l’avènement des Français lors de la colonisation de l’Indochine que les Hmong sont entrés dans l’histoire des relations internationales. Ces derniers les ont en effet encouragés à produire de l’opium jusqu’à un certain moment puis ont recours à eux lors de la bataille de Diên Biên Phu en 1954. Plus tard, ils ont également été employés par les États-Unis pendant la guerre civile laotienne ainsi que celle du Viet Nam.

Les traditions des Hmong

Quelques traditions des Hmong

Le peuple Hmong possède une tradition très riche. Celle qui les caractérise le plus c’est la richesse du décor qu’ils brodent ou appliquent sur leurs vêtements et couvre-chef. Chez les Hmong, le mariage est également une tradition importante. Ainsi, dès l’âge de 13 ou 14 ans, il est possible de se marier. Des mariages peuvent ainsi être arrangés dès le plus bas âge des enfants. Cela peut paraitre bizarre, mais les Hmong portent 18 noms différents. L’une des conditions pour qu’un mariage soit possible est que le futur mari et la future femme portent un nom différent.

La différence d’âge ne constitue pas un problème majeur. Lorsqu’un homme est assez riche, il peut prendre plusieurs femmes. Il arrive aussi que ce soit les parents du futur marié qui choisissent sa femme puisqu’elle est censée s’occuper d’eux jusqu’à leur mort. Si la femme choisie par leur enfant ne satisfait pas ce critère, ils ont la possibilité de la répudier.

Ce peuple possède également de nombreux rites. Il s’agit notamment de la dation du nom du nouveau-né, de l’appel à l’âme, du rite chamanique, des funérailles et des sacrifices. Pour ce dernier rite, une vache est sacrifiée à un ancêtre, un porc est sacrifié dans la maison et en cas de maladie permettant de favoriser la fertilité, notamment chez la femme.

About the author